Comment la crise sanitaire a bouleversé le monde de l’intérim

A chaque nouvelle vague de la Covid, c’est la même chose : des salariés tombent malades ou sont déclarés cas contacts et se retrouvent dans l’impossibilité de travailler. Pour pallier cet absentéisme, les entreprises se sont massivement tournées vers l’intérim. Un constat d’autant plus vrai en 2022 avec la flambée du variant Omicron, particulièrement contagieux. Comment le monde de l’intérim s’adapte-t-il à la demande ? En quoi la crise sanitaire a-t-elle changé le comportement des intérimaires et des agences ? Réponses.

 

Covid 19 et absentéisme : l’intérim au secours des entreprises

Dans un contexte de flambée épidémique, avec des pics de contaminations à plus de 500 000 cas par jour, l’année 2022 a commencé sur les chapeaux de roue. Si la généralisation du télétravail a pu permettre de limiter les dégâts dans les emplois tertiaires, il n’en reste pas moins que, pour deux tiers des Français, le recours au télétravail est tout simplement impossible. Ainsi, entre décembre et janvier, le nombre d’arrêts maladie a été multiplié par 7, selon Radio Classique . BTP, industrie, santé, logistique, distribution… Dans ces secteurs souvent déjà en tension, la crise sanitaire s’est traduite par un nombre exponentiel d’absences, entraînant de profondes désorganisations. Alors que l’absentéisme a pu atteindre plus de 40% selon Randstad , certaines usines ont été contraintes de fermer des lignes de production, quand d’autres entreprises ont dû demander plus aux équipes restantes ; heures sup’ et travail le weekend à la clé.

 

Agence d’emploi : les difficultés rencontrées pour répondre à la demande

Dans cette situation, le recours à l’intérim a explosé. Certaines agences ont observé une hausse de 25% des demandes, et l’ensemble des consultants se sont mobilisés pour répondre au mieux aux besoins des entreprises. Non sans difficulté, car la Covid touche aussi les intérimaires… « L'absentéisme frappe aussi nos propres intérimaires avec un grand nombre de cas contacts, de personnes contaminées. Aujourd'hui, 20% de nos 2000 intérimaires sont indisponibles », explique ainsi Eric Haddad, PDG de Connectt, dans les colonnes du Figaro. Une situation d’autant plus prégnante dans le secteur de la santé, où l’usure des professionnels est toujours plus forte après 2 ans de crise.
Pour recruter et fidéliser les intérimaires, la question de la rémunération, mais aussi de la formation et de l’accompagnement se pose. A ce titre, la crise sanitaire a mis en lumière la nécessité pour les agences d’intérim de proposer une relation toujours plus digitale à leurs talents, à la fois pour éviter des déplacements et des contacts sans grande utilité afin de protéger les intérimaires, et pour se dégager du temps pour les tâches à plus forte valeur ajoutée.

 

Comment la crise sanitaire a accéléré la digitalisation des agences d’intérim

Depuis mars 2020, la crise sanitaire a-t-elle modifié le comportement des intérimaires ? Pour le savoir, Coffreo a mené l’enquête et a identifié 5 changements majeurs.
  1. Les intérimaires plébiscitent les outils digitaux pour le premier contact. Sites web, jobboards, réseaux sociaux… Pour se tenir informés des nouvelles opportunités de mission et entrer en contact avec les agences, 82% des intérimaires privilégient la mise en relation digitale, contre seulement 30% en 2019.
  2. Un recrutement de plus en plus digitalisé côté agences. 91% des agences interrogées utilisent des moyens digitaux pour trouver des candidats, contre 80% en 2019. La crise semble donc avoir accentué ce mode de fonctionnement.
  3. L’agence et le contact humain restent importants. Malgré une fréquence de visite plus faible depuis la crise, - 38% des intérimaires actifs se rendent en agence au moins 3 fois par mois contre 56% en 2019, - l’agence reste un point d’ancrage local à forte valeur.
  4. Le téléphone reste le moyen de prédilection pour communiquer avec les intérimaires, avant, pendant et après leur mission. La crise n’a pas entraîné l'explosion      des applications, en tout cas pas pour gérer les interactions et les « anciens canaux » restent plébiscités : lors du processus de sélection des intérimaires, 99% des agences échangent par téléphone     (appels ou SMS), contre 94% en 2019.
  5. Une vision de l’avenir moins claire. Alors qu’en 2019, près de la moitié des agences interrogées parlaient d’une future digitalisation et de ses bienfaits pour leur métier (automatisation des tâches administratives, possibilité de mieux accompagner les intérimaires…), la crise sanitaire a eu pour conséquence de recentrer l’attention sur la gestion des problématiques journalières en agence, celles-ci subissant l’urgence croissante des demandes.
Cette gestion au jour le jour, en urgence perpétuelle, ne doit cependant pas obscurcir la vision stratégique des agences d’intérim. Pour répondre aux besoins en main d’œuvre des entreprises, les agences doivent pouvoir s’appuyer sur des outils digitaux adaptés à leur métier afin de recruter et fidéliser les meilleurs intérimaires.

 

Coffreo : la plateforme digitale au service de l’intérim

Plateforme leader de la digitalisation de la relation entre les travailleurs temporaires et leurs employeurs, Coffreo rassemble déjà plus de 2 millions d’utilisateurs pour quelques 900 000 contrats électroniques signés chaque mois. Contrats et bulletins de paie électroniques, relevés d’heures, attestations Pôle Emploi, certificats de travail, comptes épargne temps… Coffreo permet aux agences de gérer plus facilement et plus efficacement leur relation avec les intérimaires. Cette meilleure gestion du quotidien permet de libérer un temps précieux pour les tâches à plus forte valeur ajoutée, telles que la relation client, la prospection, le recrutement et la fidélisation des talents. Coffreo propose aussi une fonctionnalité de diffusion automatique de documents, afin d’améliorer les process d’onboarding des travailleurs temporaires. Du côté des aspects normatifs, Coffreo s’attache à offrir un service de qualité et sécurisé (certification ISO 27001) et propose un archivage sécurisé (norme NF 42-013) , ainsi qu’une connexion avec les principaux ERP du marché.
En utilisant Coffreo, une agence gérant 200 contrats de mission par mois parvient en moyenne à libérer 52 jours par an, grâce à la simplification administrative rendue possible par l’outil. Coffreo constitue, en outre, un service attractif pour les travailleurs temporaires, qui apprécient de pouvoir archiver dans leur coffre-fort numérique personnel des documents personnels ou de pouvoir se servir de la plateforme pour gérer leurs activités avec d’autres employeurs. En somme, en plus de simplifier le quotidien des agences d’emploi, l’utilisation de Coffreo permet d’offrir un service concret aux intérimaires.  S’équiper de Coffreo constitue donc un levier intéressant pour développer votre marque employeur et prendre toujours plus soin de vos intérimaires. Un élément essentiel en pleine crise sanitaire !